Archives du mot-clé bien-être

Tout est une question de décision

Dans la vie, tout est une question de décision, même quand nous pensons ne pas avoir le choix.

Le bonheur, c'est un choix

Il est vrai que parfois nous ne pouvons pas changer le contexte extérieur, nous ne pouvons pas choisir ce qui nous arrive. Mais nous pouvons toujours choisir notre attitude mentale et notre comportement. Nous pouvons toujours choisir comment nous allons faire face au contexte. 

Lorsque nous prenons conscience d’avoir le pouvoir de décision dans toute situation, cela nous procure une énorme liberté. À ce moment-là, la responsabilité de notre vie et de notre bonheur nous revient et aucune personne ou situation ne pourra nous l’enlever. 

Mais le plus important, c’est que le bonheur est aussi une question de décision. Nous pouvons choisir d’être heureux plutôt que de vouloir avoir raison. Nous pouvons choisir d’être heureux indépendamment du contexte. Après tout, le bonheur est un travail intérieur !

L’impossible fait avec art, beauté et surtout avec cœur

Dans toutes les écoles qui enseignent le DeRose Method partout dans le monde, vous avez des créneaux d’entraînements de haute performance axés sur le développement de force et de souplesse et menant à une bonne forme et à un bon conditionnement physiques, ainsi qu’à une capacité substantielle de concentration et de discipline.
Dans la vidéo, vous pouvez voir la présentation de l’Entrepreneur et Formateur Anderson Gouveia (São Paulo, Brésil) lors de l’un des meilleurs stages de chorégraphie des techniques corporelles enseignées dans nos entraînements pratiques. Ce stage a eu lieu le mois de juillet à São Paulo et a été organisé par Livia Ligabó.

Alimentation consciente

FPA-TEDx ISTEC-5654

Notre cerveau est une machine à traiter des informations et à générer des réponses adaptées. Vu le grand volume d’information reçu, le cerveau a besoin de les simplifier, de les décortiquer pour pouvoir les traiter plus facilement et plus rapidement. La conséquence c’est que nous avons d’une part, développé une conscience complexe et d’autre part, nous avons développé un regard assez réducteur, statique et déconnecté vis-à-vis de nous-même et du monde que nous entoure.

Pour la nourriture il y en va de même. Il y en a ceux qui voient dans l’alimentation un simple besoin physiologique, souvent dépourvu de plaisir. D’autres, utilisent l’alimentation juste pour se faire plaisir, en oubliant assez souvent que l’on est ce que l’on mange.

Et pourtant la nourriture n’est pas seulement notre combustible, mais elle est aussi une expérience sensorielle et une expérience sociale. Manger, c’est aussi de la conscience.

En prêtant attention, on découvre que l’alimentation n’était pas une obligation ou simplement un besoin physiologique, mais une vrai expérience sensorielle, riche et plaisante. On peut la savourer à travers les couleurs qui se mélangent, le goût et les odeurs relevés par des épices, le bruit et la texture de chaque aliment dans la bouche et dès que possible, même la sensation agréable de manger directement avec les mains. Bien évidement, cela nous mène vers une alimentation plus consciente. Au-delà de la saveur et du plaisir, on veut aussi choisir soigneusement ce qui va par la suite constituer notre corps. Son origine, sa cohérence avec notre mode de vie et notre éthique, sa qualité, sa valeur nutritionnelle, son impact sur notre santé et sur la santé de l’environnement.

Finalement, nous savons tous, depuis toujours, que manger, c’est aussi partager. Le repas est un moment convivial et qui crée ou renforce des liens entre les gens, qui ce soit au sein de la famille, entre amis, entre collègues de travail ou même avec des inconnus. Si on est ce que l’on mange, inconsciemment, lorsque l’on partage la nourriture, on se sent constitué de la même substance, on se sent une partie d’un tout, on est intégré, interconnecté.

L’écrivain et philosophe brésilien DeRose dit une chose sur laquelle je suis toute à fait d’accord. Il dit que lorsque nous sommes capables de vivre intégrés à ce qui nous entoure, notre capacité de réalisation augmente, tant de manière quantitative que qualitative. L’évolution personnelle ne fait sens que si elle se reflète sur la société, l’environnement, l’humanité et le monde en général.

Manger de manière consciente c’est la clé pour une vie plus saine, plus lucide et plus épanouie. Cela implique tenir compte simultanément de la nutrition, du plaisir, du partage et de la conscience au sens large.

Voici le lien de ma conférence TEDxIstec sur le sujet :

https://www.facebook.com/methodederoserivegauche/videos/1227730073905113/

Food for thoughts : TEDxIstec-Paris

J’ai l’honneur d’être invitée à donner une conférence dans le cadre du TEDx Paris-Istec. Pour ceux qui ne connaissent pas, le TED (Technology-Entertainment-Design) est une conférence américaine existante depuis 30 ans, dans le but de partager des idées avec le monde, de manière à promouvoir la réflexion et le changement dans des domaines qui façonnent notre avenir. Face à son succès, TED a voulu permettre à la communauté élargie de ses fans de diffuser l’esprit TED autour du monde. Le programme TEDx a été créé pour cela : continuer à partager des idées et la passion de la connaissance. Le « x » signifie qu’il s’agit d’événements qui sont organisés indépendamment tout en respectant un certain nombre de critères définis par TED.
Le thème de ce TEDx-Istec est ‪#‎foodforthoughts‬ et ma conférence sera sur l’Alimentation Consciente. Ce sera le samedi 04 juin 2016 de 14h00 à 19h00 à l’ISTEC, au 128 Quai de Jemmapes 75010 Paris.
La billetterie en ligne est ouverte. Si vous voulez participer, vous pouvez allez directement sur le lien :

https://www.billetweb.fr/tedxistec-foodforthoughts

Capture d’écran 2016-05-04 à 13.11.51

Qu’est-ce qu’il te faut pour être heureux ?

La science prouve aujourd’hui ce qui est le coeur de la proposition de la Méthode DeROSE :

« Notre Culture est une rééducation comportementale qui comprend notamment les bonnes relations humaines et tout ce qui pourrait être associé à cela «      (DeRose)

 Comment sont vos relations ? Et surtout, est-ce que vous êtes-vous déjà posés la question de qu’est-ce qu’il faut pour être capable d’entretenir de bonnes relations humaines ?

Si notre corps avait son mot à dire

12662453_1723378694560364_3576414694790428611_n

Lettre d’un métabolisme stressé

Cher humain, je sais que tu es déçu avec moi. Je sais que ces derniers temps tu me caches sous des vêtements larges et que tu évites le maillot de bain à la plage. Tu me demandes une énergie que je n’ai pas. Les biscuits et les sodas que tu ingères, ne me donnent pas ce dont j’ai besoin. Je suis surchargé et je suis malheureusement obligé de stocker de l’énergie sous forme de graisse. Je sais que tu as honte de ton stock d’énergie, mais ce que tu me demandes, je ne peux pas t’offrir. Je suis faible ! Je ne me repose pas et je ne me souviens même pas de mon dernier sommeil réparateur. Quand je me réveille, tu ne me nourris pas et quand tu me nourris, ce n’est pas avec la qualité que je mérite. Je suis stressé et au bord d’une dépression nerveuse. Je sais que tu attends plus de moi, mais je dois avouer que j’attendais plus de toi aussi. Tu me demandes du focus, de l’énergie et moins de gras. Je te demande de nutriments, de l’hydratation et du repos. Et tout comme toi, je fais le poireau. Tu es gêné par la constipation, mais chéri, je ne peux me permettre de rien laisser sortir maintenant. Ne me demandes pas à me rappeler quelque chose. Mon stock d’antioxydants est faible, mes membranes cellulaires inflexibles et la mauvaise graisse que tu consommes est en train de me tuer ! Je ne peux plus transporter le sucre que tu manges comme il faut. Et contre ma volonté, je dois faire appel à mon amie insuline plus souvent. Si tu te sens étourdi et si tu as mal à la tête, c’est de sa faute. Et tu sais bien comment elle est difficile, l’insuline. À chaque fois qu’elle apparaît d’une manière désorganisée, je suis obligé de stocker encore plus de matières grasses. Laisses tomber les crèmes et les massages. Je ne peux plus répondre à des stimuli externes. Je suis tellement stressé que j’ai demandé des conseils au cortisol. Il m’a conseillé de conserver autant de liquide que possible pour me protéger et de me débarrasser, dès que possible, du poids inutile des muscles. Eh bien, les muscles sont lourds et je ne suis plus en mesure de les porter. J’ai opté pour la graisse, je suis désolé. Avec la pénurie de nutriments, j’ai dû prendre de décisions drastiques. Je ne nourris plus ta peau et tes cheveux et tu les verras bientôt partir. Je suis tellement stressé que les capsules et les suppléments alimentaires ne sont plus absorbés. Je suis en colère contre toi et maintenant je ne veux plus discuter. Je t’écris cette lettre comme un adieu. Je suis en train de m’éteindre et bientôt le manque d’air sera évident. Plus je suis malade,  plus tu me fais violence avec des médicaments et, franchement, je ne comprends pas pourquoi me traiter comme ça. Il paraît que tu veux me voir souffrir. Non seulement tu m’as négligé toutes ces années, comme maintenant tu te plains à tout le monde du fait que je sois lent, que ton métabolisme soit lent. Ça fait mal ça ! Je suis né avec quelques imperfections, mais j’imaginais que toi, avec ton intelligence humaine, saurais bien s’occuper de ton corps. Je me suis trompé ! Tu n’as pas entendu mes signes et tu m’as usé. Maintenant que je me suis vidé, je te pose la question : Quand je serais complètement épuisé et que je serais parti, où vas-tu vivre ?

Auteur  inconnu (traduction libre par Renata Coura) 

Si ton corps avait son mot à dire, qu’est-ce qu’il te dirait ? 

Indépendamment de la réponse, il est toujours temps de s’occuper de notre corps, un de nos biens le plus précieux !  

Le présent : le moment de l’action

tumblr_nxeogj1mjF1tl8u0ko1_540

On ne peut rien faire pour le passé, sinon apprendre de nos erreurs et garder les bons souvenirs.

On ne peut pas vraiment prévoir l’avenir, même s’il est tout de même important de s’y projeter.

Mais le seul moment où on peut être vraiment protagoniste, c’est le présent. Ici et maintenant, c’est le moment de choisir, de sentir, d’agir et de vivre comme s’il n’y avait ni avant ni après. Chaque instant est là pour être vécu entièrement et en pleine conscience et contentement !

Gestion des émotions

gestion émotionnelle

Une bonne gestion émotionnelle est un facteur crucial pour une bonne performance dans toute situation, que ce soit au travail, dans le sport, dans les études ou même dans la vie personnelle. Dans un contexte de compétition sportive, d’un examen ou d’un concours cela se fait encore plus évident. L’anxiété et la peur, notamment la peur de l’échec portent souvent préjudice et diminuent notre performance, nous empêchant de vivre le moment présent, de voir plus clair et d’être concentré sur l’objectif.

La respiration et la gestion des émotions

Gestion-des-emotions

La respiration est intimement liée à nos états émotionnels et constitue notre principal outil pour les gérer. Tout d’abord, apprendre à respirer de manière complète, en utilisant toute notre capacité pulmonaire, nous permet d’apporter plus d’énergie et d’oxygène à l’organisme et d’améliorer son métabolisme. La respiration régule les niveaux d’oxygène et de CO2, ainsi que le pH du sang, qu’à leur tour modulent le fonctionnement physiologique de l’organisme. Des changements subtils dans les paramètres sanguins, peuvent représenter de grands changements fonctionnels.

La respiration complète

Pour faire une respiration complète, nous allons utiliser la partie abdominale (basse), intercostale (médiane) et thoracique (haute). En inspirant, toujours par les narines, l’abdomen doit être projeté ver l’extérieur, ensuite les côtes sont projetées vers les côtés et finalement la poitrine vers le haut. Cela permet l’abaissement du diaphragme et l’expansion de la cage thoracique, de manière à que le poumons soient remplis à 100%. L’expiration, aussi nasale, se fait dans les sens inverse, en vidant d’abord la partie haute, puis la partie médiane et finalement le ventre. Entrainez tous les jours, plusieurs fois par jours, jusqu’à ce que la respiration complète devienne automatique et naturelle.

respiration complète

Pour chaque contexte, une technique 

Une respiration complète augmente considérablement notre niveau d’énergie et de vitalité dans la vie quotidienne. Ce surplus d’énergie peut donc être mobilisé pour la gestion émotionnelle et les changements comportementaux. Il existe des techniques de respiration plus avancées qui nous permettent d’influencer davantage notre état physique, émotionnel et mental, selon le contexte. Par exemple, les techniques de souffle rapide ou d’hyper-ventilation, procurent un effet « défoulement » qui permet de sublimer les états d’anxiété, d’agressivité ou de peur. D’autres techniques utilisant de rythmes respiratoires divers contribuent pour stabiliser le corps et le mental, nous menant à des états de concentration plus approfondis et en réduisant les niveaux de stress.      

Re-programmation émotionnel 

Visualisation

Les techniques de respiration constituent un outil puissant « sur le terrain », c’est-à-dire, au moment précis dans lequel on doit gérer ou changer un état émotionnel, mais cela n’agit pas forcement sur les causes plus profondes, c’est-à-dire, sur nos conditionnements et automatismes. Pour pouvoir véritablement changer notre mode de fonctionnement et notre manière d’agir et de réagir face à un contexte donné, il est nécessaire de se re-programmer, de se re-formater. Il existe de nombreuses techniques que nous utilisons au sein de la Méthode DeROSE qui agissent en synergie pour nous donner le moyen de le faire. Une des techniques très importantes, c’est l’imagerie mentale ou mentalisation (ou encore visualisation). Cette technique est basée sur notre capacité de création d’images mentales et sur le fait que pour notre cerveau, ce que l’on imagine soit vrai. Le cerveau ne fait pas de distinction entre les expériences vécues dans le monde des idées et dans le monde physique. Et il n’enregistre pas non plus le « ne…pas ». Par exemple, si je vous dis maintenant : « ne penser pas à un ours ». Vous allez immédiatement penser à ours. C’est exactement ce que se passe à chaque fois que l’on gaspille notre énergie en train de se focaliser sur ce que l’on ne veut pas. En revanche, en visualisant ce que l’on souhaite, comme on le souhaite, on crée un archétype mental qui guidera par la suite notre comportement, cette fois-ci dans la direction voulue. Indépendamment de ce que l’on souhaite être ou accomplir, la création d’une base émotionnelle solide est sine qua non. Cette base consiste à développer une orientation reconnaissante (ressentir de la gratitude), à donner du sens à ce que l’on fait de manière à ressentir de l’enthousiasme (motivation) et à cultiver la capacité de tirer contentement de toute situation.        

« L’imagination ne devrait pas être utilisée pour s’échapper à la réalité, mais pour la créer. »

(Collin Wilson)

Renata Coura

Entrepreneur et Professeur, née à Rio de Janeiro et Directeur Pédagogique de l’Ecole Rive Gauche de la Méthode DeROSE à Paris.  Chercheur en Neurosciences à l’Inserm. Consultant en qualité de vie, amélioration des performances et neuromanagement.