Que se passe-t-il dans notre cerveau ? Partie 1

Le cerveau humain est aussi complexe que fascinant. Un savant réseau de circuits électriques neuronaux interconnectés lui permet de contrôler les activités de l’être humain, à tous les niveaux : physique, énergétique, émotionnel et mental. Le système nerveux contrôle et coordonne les fonctions du corps, lui permettant ainsi de répondre à son environnement et d’agir sur lui.

Le système nerveux central est la région du corps humain la plus protégée. C’est celle qui possède la plus grande complexité anatomique et fonctionnelle. C’est également celle qui présente le plus de plasticité réactionnelle (capacité de changement et adaptation) et celle qui a le plus de capacité évolutive. Ces caractéristiques sont étroitement liées à son activité, intense, et à sa fragilité. En effet, le système nerveux, dans la mesure où il contrôle les fonctions et l’évolution de l’individu et de l’être humain en tant qu’espèce, est à l’origine de tous les phénomènes de la vie humaine.

3c02987af43b3b794b61c41a559cdf2b_sipa-brain2

Ce complexe réseau s’établit à travers la transmission de l’information nerveuse (courant électrique) entre les divers types de neurones composant le cerveau. Cette transmission a lieu dans les synapses, qui constituent le point de contact entre les terminaisons nerveuses, les axones et les dendrites. Il ne s’agit pas, cependant, d’un vrai contact physique. Les terminaisons nerveuses sont très proches, mais il y demeure entre elles un espace appelé fente synaptique. L’influx nerveux traverse les neurites sous la forme d’une impulsion électrique, appelé potentiel d’action.

Si elle ne peut traverser la fente synaptique, cette impulsion électrique stimule la libération des molécules appelées neurotransmetteurs par les axones pré-synaptiques (émetteurs du message). Les neurotransmetteurs se diffusent ensuite à travers la synapse et viennent stimuler certains récepteurs chimiques spécifiques, présents dans les cellules qui sont censées recevoir l’information (post-synaptique). La liaison du neurotransmetteur avec son récepteur provoque un influx d’ions (particules chargées électriquement) vers l’intérieur ou l’extérieur du neurone, selon le cas. Ainsi l’information elle transmise d’un neurone à l’autre. Il existe plusieurs types de neurotransmetteurs et de synapses, dont les effets sont soit excitateurs, soit inhibiteurs, ou encore modulateurs.

140103052712377311867580

Toute la complexité et la richesse de l’activité cérébrale dépendent de cette neuro-électrochimie de communication fine et sophistiquée. Nous possédons environ une centaine de milliards de ces cellules minuscules et très spécialisées. Chacune d’entre elles établit un contact avec une moyenne de 1 000 à 10 000 autres cellules (certaines parviennent même à 50 000 connexions).

Notre pouvoir d’apprentissage, d’assimilation de nouvelles expériences ainsi que notre mémoire sont étroitement liés à la plasticité neuronale, c’est-à-dire à la capacité du cerveau à modifier les circuits neuronaux, à créer de nouvelles connexions (synapses) et/ou à éliminer les synapses qui ne sont plus utilisées.

Chaque fois que nous invoquons une information stockée (mémoire), nous refaisons le même « chemin » à travers les circuits neuronaux qui ont été formés lors du premier contact avec cette information. Lorsque nous recevons de nouvelles informations ou que nous vivons de nouvelles expériences, ou même lorsque l’on imagine quelque chose,  de nouvelles connexions neuronales sont créées, qui seront réactivées chaque fois que cette information ou expérience nous sera à nouveau présentée. Ainsi, on peut légitimement affirmer que « la prise de conscience » de quelque chose se traduit par l’établissement de nouvelles synapses, c’est-à-dire nouvelles connexions neuronales.

Ainsi, pour stimuler notre cerveau et utiliser davantage ses potentialités, la recette est assez « appétissante » : observez-vous ; apprenez de nouvelles choses ; de temps en temps, défiez-vous à changer les conditionnements,  le comportement et les habitudes ; cherchez à voir et à interpréter les choses et les sentiments autrement ; voyagez ; apprenez à jouer un instrument ; bougez le corps de manière intelligente ; enfin soyez ouvert à tout ce qui est nouveau ou différent et surtout entrainez la mémoire, la concentration et l’imagination ! Dans les prochains articles on va explorer chacun de ces aspects et voir comment la Méthode DeRose nous permet d’entrainer tout cela.

Renata Coura

Entrepreneur et Professeur, née à Rio de Janeiro et Directeur Pédagogique de l’Ecole Rive Gauche de la Méthode DeRose à Paris.  Chercheur en Neurosciences à l’Inserm. Consultant en qualité de vie, amélioration des performances et neuromanagement.

2 réflexions au sujet de « Que se passe-t-il dans notre cerveau ? Partie 1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit + 17 =