Archives mensuelles : novembre 2014

Le leader conscient

collaborative-leadership

Vous gérez des choses, des tâches et de procédures. Mais quand il s’agit des personnes, vous devez faire preuve de leadership.

Le leadership peut être défini comme la compétence d’influencer les gens à travailler avec enthousiasme afin d’atteindre les objectifs identifiés comme étant pour le bien commun.

Un des mots-clés est donc « compétence ». Une compétence est tout simplement une capacité acquise. Le leadership, c’est-à-dire(,) influencer les gens, est une compétence qui peut être apprise et développée par toute personne qui le souhaite vraiment et qui met en pratique les mesures appropriées. Le deuxième mot-clé est « influence ». Si le leadership est la capacité à influencer d’autres personnes, comment développer cette influence ? Comment amener les gens à faire ce que nous voulons ? Comment obtenir d’autrui des idées, de la confiance, de la créativité et de l’excellence, qui sont par définition des dons volontaires ?

La réponse est très simple : à travers le service. Un bon leader est celui qui est toujours prêt à être au service de ses collaborateurs. Un leader est quelqu’un qui identifie et répond aux besoins légitimes de ses partenaires et supprime tous les obstacles afin qu’ils puissent, à leur tour, bien faire leur travail et bien servir le client.

Autrement dit, le leadership est la capacité à faire s’accomplir les choses à travers les gens. Et lorsque l’on travaille avec des gens et fait avancer les choses à travers eux, il y aura toujours deux dynamiques à l’œuvre – la tâche et la relation. Le défi du leader est donc de garder le bon équilibre entre ces deux dynamiques, en faisant attention pour ne pas se concentrer uniquement sur l’une au détriment de l’autre.

Les relations humaines sont la base du travail en équipe et du leadership. Des relations saines avec les clients, les collaborateurs, les supérieurs hiérarchiques et les fournisseurs assurent une entreprise saine. L’établissement et le maintien de bonnes relations interpersonnelles est nécessaire pour la santé durable de toute organisation et, par conséquent, pour son succès.

Dans le contexte du leadership et de bonnes relations humaines, il est important de faire la différence entre la puissance (ou le pouvoir) et l’autorité. Le pouvoir, c’est la capacité de contraindre quelqu’un à faire ce que l’on veut, par la force de la position hiérarchique, même si la personne préférerait ne pas le faire. L’autorité, au contraire, est la capacité d’amener les gens à faire volontairement ce que l’on souhaite grâce à l’influence personnelle. L’autorité ne peut être imposée. Elle ne peut pas être achetée ou vendue. Elle ne peut pas être donnée ou prise. L’autorité concerne ce que vous êtes en tant que personne, votre caractère et l’influence que vous portez sur les gens.

Ainsi, un bon leader doit avoir ou développer son autorité indépendamment du pouvoir. Si l’on devrait énumérer quelques caractéristiques essentielles pour un leader, on pourrait citer :

Honnêteté, fiabilité
Être un bon exemple
Attentionné
Être engagé
Capacité d’être à l’écoute
Respectueux
Capacité de gagner la confiance des gens
Capacité d’encourager les gens
Avoir une attitude positive et enthousiaste
S’intéresser et aimer véritablement les gens

Notez que toutes ces qualités sont des comportements. Et le comportement est un choix. Lorsque l’on choisit un comportement, une manière d’être ou d’agir, il suffit d’entraîner, jusqu’à atteindre sa meilleure performance. La question est : si vous vous observez aujourd’hui, combien de ces dix qualités ou comportements pensez-vous posséder ?

La Méthode DeRose est une culture axée sur la haute performance, les bonnes relations humaines et qui vise l’expansion de la conscience et la connaissance de soi. Elle nous permet ainsi de mieux comprendre et développer la capacité de leadership, à travers l’observation de soi, le feedback et l’amélioration constante. L’idée est de devenir capable de construire la meilleure version de soi-même et d’encourager les gens, en leur donnant les conditions nécessaires, pour qu’ils puissent construire leur meilleure version et atteindre leur propre excellence.

Renata Coura

Entrepreneur et Professeur, née à Rio de Janeiro et Directeur Pédagogique de l’Ecole Rive Gauche de la Méthode DeRose à Paris.  Chercheur en Neurosciences à l’Inserm. Consultant en qualité de vie, amélioration des performances et neuromanagement.

Gestion du stress

gestion du stress

Le stress (en anglais pression émotionnelle), ou syndrome général d’adaptation, est l’ensemble des réponses d’un organisme  soumis à des pressions ou contraintes de la part de son environnement, physique ou émotionnel.

Le stress, jusqu’à un certain niveau, peut être nécessaire et même bénéfique, car c’est ce qui nous pousse à agir comme il faut, face à une situation donnée. On pourrait ainsi parler d’un stress positif.

En revanche, si le stress dépasse le niveau nécessaire il devient négatif, avec des conséquences plus ou moins nuisibles pour le corps et la santé, les émotions et le mental. En outre, à l’opposé du stress positif, le stress négatif provoque un blocage de toute action.

Ainsi, notre but devrait être de toujours réussir à garder le stress dans la zone bénéfique, plutôt que de le supprimer. Et c’est cela qu’on appelle la gestion du stress. En apprenant à gérer le stress, on peut l’utiliser en notre faveur et devenir plus efficace.

Autrement dit, on pourrait traduire le stress négatif comme le fait de voir un défi ou un obstacle comme étant insurmontable. Le stress est généré par le manque de confiance en soi, par le sentiment de ne pas être à la hauteur de son défi et, donc, de ne pas être capable de le surmonter.

La Méthode DeRose nous présente de nombreux outils qui nous permettent de maîtriser le stress, à travers un renforcement de l’individu, tout d’abord au niveau physique et mental. Ce qui augmente le potentiel de l’individu et, par conséquent, sa confiance en lui, tout en lui permettant de changer sa perception et se placer au-delà du défi. Lorsque l’on obtient ce changement de perception, on arrive à restreindre le stress à son niveau bénéfique.

Ce renforcement de la structure de l’individu, y compris le conditionnement physique et la performance mentale, passe par l’entrainement de techniques respiratoires, de techniques de concentration et de décontraction, mais aussi par un travail au niveau comportemental. De plus, l’ensemble de la pratique procure une rencontre avec soi-même, qui permet de mieux connaître son corps et son fonctionnement émotionnel. En parallèle, le travail au niveau comportemental nous apprend à gérer les situations de conflit et les relations humaines, à maîtriser les émotions, à prendre du recul, à adopter une attitude mentale positive et constructive face aux contraintes. Dans l’ensemble cela nous permet de se maîtriser de plus en plus, à tous les niveaux, en devenant plus performant et épanoui.

Renata Coura

Entrepreneur et Professeur, née à Rio de Janeiro et Directeur Pédagogique de l’Ecole Rive Gauche de la Méthode DeRose à Paris.  Chercheur en Neurosciences à l’Inserm. Consultant en qualité de vie, amélioration des performances et neuromanagement.